téhéran tabou - Drame, Animation

Téhéran Tabou est un film germano-autrichien d'animation, sorti en 2017. Il a été sélectionné à la Semaine Internationale de la Critique au Festival de Cannes 2017 et y a reçu le Grand Prix du Rail d'Or.

Durée : 1h36

Première sortie : 16 novembre 2017 (Allemagne)

Réalisateur : Ali Soozandeh 

Genre : Drame, Animation

Nationalité :  Allemagne - Autriche

 

 

Distribution

Synopsis 

Le film raconte l'histoire d'une mère célibataire qui vit avec son petit garçon sourd-muet de cinq ans dans un gratte-ciel, en pleine métropole. Pour payer son loyer et son divorce d'avec son mari placé derrière les barreaux, cette femme se prostitue, mais elle fait semblant d'être infirmière et de travailler de nuit. Sa voisine, une mère au foyer enceinte qui s'ennuit, connaît son secret et s'occupe de son fils, mais elle rêve de fuir son train-train quotidien. Dans le quartier, il y a aussi un jeune étudiant en musique qui a des problèmes suite à une histoire d'une nuit avec une vierge de 18 ans.

Critique Télérama - Jérémie Couston

Des nouvelles de la société iranienne, le cinéma nous en donne régulièrement. Mais elles ont rarement été aussi crues que dans ce premier film — d’un réalisateur né en Iran et vivant en Allemagne depuis 1995 — sur la vie sexuelle, forcément dissimulée, des Iraniens. Pour s’éviter de jouer à cache-cache avec les mollahs durant le tournage, le cinéaste a eu recours au procédé de la rotoscopie : acteurs filmés sur fond vert, puis redessinés et intégrés dans des décors. De l’animation, donc, mais à partir de prises de vues réelles — le chef-d’œuvre du genre demeure Valse avec Bachir, d’Ari Folman. Le rendu pastel, élégant, révèle la beauté cachée des personnages — une prostituée faisant des passes devant son fils, un juge coranique corrompu et débauché, un jeune homme en quête d’argent pour une opération de reconstruction d’hymen… Mais Téhéran Tabou, film choral à la noirceur implacable, n’élude rien. Derrière ses choix esthétiques affleure, toujours, la véracité d’un documentaire.

gallery/distrif

Avec :  Elmira Rafizadeh, Zahra Amir Ebrahimi, Arash Marandi